Interview

Hélène MATHIEU (« team attaaaaqueeee05 »)

Hélène MATHIEU (« team attaaaaqueeee05 »)

L'interview :

1. Quand et pourquoi as-tu choisi de pratiquer le trail en compétition ?

Je suis Pyrénéenne d'origine, passionnée de montagne, randonnée depuis mon plus jeune âge, et pratiquante passionnée de course à pied depuis mon adolescence. Enfant je courrais déjà en redescendant des randonnées avec mon père AMM, qui me grondait parce que n'était pas bon ni pour l'érosion des sols, ni pour mes articulations… Mon frère a travaillé à Chamonix et notamment pour l'UTMB dans les années 2000. J'ai découvert le trail. J'ai surtout imaginé que c'était l'association de la randonnée en montagne et de la course à pied. J'ai trouvé ça génial comme sport. Allier le plaisir de la course à pied et le bonheur d'être en haute montagne. Le summum du bonheur. J'ai ensuite effectué quelques stages trail à l'UCPA d'Argentière Chamonix. Puis logiquement sans me prendre la tête pour faire des podiums, tout comme en course à pied, j'ai eu envie de participer à des courses avec les copains ! J'ai commencé par des courses natures vers chez moi en Gironde, puis sur un pari stupide à l'apéritif, je me suis inscrite au TAR en 2015, ma première vraie compétition de trail !

2. Quel trail t'a laissé le plus beau souvenir ?

Le TAR – Trail des Aiguilles Rouges, en 2015.

Un esprit vraiment haute montagne. J'étais super bien entrainée, en tous cas à mon niveau et pour l'objectif que je m'étais fixé. Une météo délicieuse automnale. Des couleurs dans les paysages incroyables. Un public pour encourager. Mon premier départ le matin à 4h du matin à la frontale. Le lever de soleil sur le Mont Blanc. Magique !

3. Sur quel trail as-tu le plus souffert ? pourquoi ?

Le trail blanc de la Clarée en janvier 2017. Parce que j'étais très peu entrainée et surtout j'avais une gastro-entérite qui avait débuté la veille au soir… Du coup, j'ai eu mal au ventre, j'ai vomi, je n'avais aucune force, aucun peps. J'avais trop mal aux articulations, de la fièvre, j'étais hyper fatiguée. J'en avais marre, j'ai subi tout du long, profité de rien du tout du tout. Trop triste. Pourtant ce devait être une tellement merveilleuse journée !

4. As-tu une anecdote à partager sur une sortie ou une course en trail ?

J'ai rencontré sur deux longs trails, deux médecins habillés en traileurs et compétiteurs comme moi, avec qui j'ai fait connaissance en courant ou en ravito, et qui ont été de futurs collègues de travail quelques années après à l'Hôpital… Ils n'ont pas réussi à me faire recruter dans leurs Hôpitaux. Mais la vie a fait que le trail m'a fait les rencontrer. Et la vie m'a fait travailler à leurs côtés quelques années après !

5. Quels sont tes prochains trails ?

Le trail Skyrace de Montgenèvre en juillet 2018…, organisé par Patrick Michel. Peut-être le long juste pour le plaisir à domicile de passer de la Clarée aux Fonts de Cervières en une journée ! Et aussi parce qu'à force d'être bénévole sur cet événement et de voir les copains courir et raconter leurs belles anecdotes, ben je sens que j'ai trop envie de tenter l'expérience !

6. Combien de séances d'entraînement effectues-tu par semaine ?

En temps normal avec un rythme professionnel normal, je fais 5 fois par semaine environ du sport. Que ce soit du running pur, de la rando-course, du vélo de route. L'hiver je m'entraine à base de 90% de ski de fond, et un tout petit peu de running et ski de randonnée. Cet été 2017, j'ai quasi fait que du vélo ou du running en séances courtes, ça m'a porté préjudice sur mes quelques trails un peu longs. Mais cet été, le trail n'était pas mon objectif sport de l'été, donc rien de grave. Juste que j'ai souffert un peu plus que si j'avais réalisé un entrainement un peu plus adapté.

7. Quelle est selon toi la séance d'entraînement primordial pour progresser en trail ?

De la VMA en côte, ou juste déjà s'entrainer à courir en montée.

Bien apprendre à poser le pied en avant pied.

Et surtout surtout surtout ce qu'il faut surtout sur des trails à partir de 15-20 kilomètres avec du dénivelé, c'est travailler l'endurance fondamentale.

Il parait que l'on gagne un trail en descente. Je suis skieuse de descente à la base donc bonne descendeuse et les muscles des cuisses et genoux appropriés donc je ne souffre pas trop en descente, je ne me rends pas bien compte pour le commun des traileurs. Mais je pense qu'il faut bien se muscler aussi pour assurer en descente sans se blesser.

8. Dernière question : Pour toi « l'esprit trail » c'est quoi ?

Un esprit de partage, de non jugement d'autrui, hors de la compétition, de fair play et de solidarité.

Les valeurs de la montagne et de la randonnée finalement !

Hélas, le trail devient de plus en plus à la mode, les coureurs se prennent de plus en plus tous pour des Kilian Jornet et je trouve que ces valeurs se perdent.

Je les retrouve à nouveau en course à pied traditionnelle et courses nature. Ou en simple randonnée en montagne. Alors je sais que je vais calmer un peu les compétitions en trail désormais. Davantage en faire pour le plaisir.